Enfants

L’approche chiropratique et les maux d’oreilles

Les maux d’oreilles peuvent être occasionnés par plusieurs facteurs. Chez les enfants, le plus fréquent est l’otite.

Il existe deux types d’otites : L’otite externe et l’otite moyenne (aigue et séreuse).

Otite

Otite externe

Elle consiste en une inflammation du canal auditif externe d’origine bactérienne. Elle se situe entre le pavillon externe de l’oreille et le tympan. Les symptômes fréquemment rencontrés sont des démangeaisons, de la douleur et une sensation de plénitude dans l’oreille.

Otite moyenne

L’otite moyenne se caractérise par une inflammation du tympan, et peut être aigue ou séreuse.

L’otite moyenne aigue est le résultat d’une infection bactérienne ou virale et est souvent accompagnée d’une grippe ou d’une infection des voies respiratoires. Elle se caractérise par une douleur importante et persistante à l’oreille. Ce type d’otite est fréquent chez les enfants de 3 mois à 3 ans.

L’otite moyenne séreuse se caractérise par une accumulation de liquide derrière le tympan. Elle s’explique souvent par un mauvais drainage de la trompe d’Eustache. Elle peut également survenir suite à une otite moyenne aigue. Ce type d’otite n’est pas d’origine infectieuse.

La chiropratique et les douleurs aux oreilles

La chiropratique vise le recouvrement et le maintient de la santé via une bonne interaction entre les systèmes nerveux, musculaire et squelettique. De par sa formation, le chiropraticien possède les compétences nécessaires pour poser un diagnostic chiropratique pour votre santé neuro-musculo-squelettique.

Examen des oreilles

L’approche chiropratique peut aider à soulager les maux d’oreilles en facilitant le drainage de l’oreille moyenne par le biais de traitements chiropratiques adaptés à la condition et à l ‘âge de votre enfant. Une subluxation des vertèbres cervicales (hautes cervicales) engendre une interférence entre le système nerveux et les structures de l’oreille, elle peut altérer le bon fonctionnement de la trompe d’Eustache et occasionner une accumulation de liquide derrière le tympan. En plus de l’ajustement chiropratique, le chiropraticien est en mesure d’utiliser différentes techniques musculaires pouvant favoriser le drainage du liquide de l’oreille moyenne.

Recommandations pour éviter les maux d’oreilles

  • Avoir une bonne hygiène nasale en utilisant quotidiennement une solution saline pour le nez (ex. : Salinex, Hydrasense, Rince Sinus) ou encore avec la recette de solution saline maison*.
  • Utiliser une pompe nasale (poire) pour bien moucher votre bébé.
  • Eviter de faire boire votre bébé au biberon en position couchée.
  • Limiter l’usage de la suce.
  • Éviter les contacts avec les allergènes.

*Recette de solution saline :

  • 1 litre d’eau
  • 2 ml bicarbonate de soude
  • 5 ml sel

Mettre tous les ingrédients dans une casserole et faire bouillir 10 minutes. La solution se conserve une semaine au réfrigérateur.

Salle pour enfants

Nous disposons d'une salle spécialement adaptée pour le traitement des enfants.

Torticolis congénital et la chiropratique

Torticolis congénital est un terme clinique dérivé du latin « tortus » qui signifie tordu et « collum » qui signifie cou. Un torticolis est une contraction musculaire prolongée du muscle sternocléidomastoïdien (SCM). Cette condition est habituellement diagnostiquée quelques jours jusqu’à quelques semaines après la naissance. On distingue quatre types de torticolis. Toutefois, seulement deux sont traités couramment par la chiropratique : le torticolis spasmodique aigu acquis ou chronique (ex : traumatisme, infection, tumeur, fragment du disque et complexe de subluxation vertébrale) et le torticolis congénital (présent à la naissance, pouvant être causé par une malposition intra-utérine du bébé ou par une blessure à la colonne cervicale lors de l’accouchement). La présentation classique d’un patient souffrant de ce dernier type de torticolis est :

Torticolis
  • Tête (menton) tournée du côté opposé
  • Flexion latérale de la tête du même côté

Aussi

  • Plagiocéphalie (asymétrie faciale)
  • Occiput proéminent d’un côté
  • Contraction du SCM unilatéral
  • Masse cylindrique palpable au SCM 2 à 3 semaines après la naissance
  • Diminution de l’amplitude de mouvement cervical (passif/actif)
  • Complexe de subluxation vertébrale latérale et rotatoire à C0-C1-C2

Parmi les traitements médicaux pour un torticolis congénital, l’utilisation d’exercices d’étirement passifs et, pour les cas plus sévères, le port d’un collier cervical durant les périodes d’éveil sont les plus communs.

Du côté de la chiropratique, plusieurs études ont démontré une réduction significative voir même une cessation du torticolis congénital avec les ajustements chiropratiques accompagnés d’exercices de réhabilitations appropriés. Une correction des complexes de subluxation vertébrale (malposition vertébrale ou pathobiomécanique) permet au SCM de retrouver une meilleure flexibilité, un meilleur tonus et de meilleures amplitudes de mouvement pour les articulations vertébrales impliquées. La région cervicale est souvent la plus affectée (occiput-atlas-axis). L’alignement des os du crâne est aussi souvent impliqué, et ce dû à la mauvaise position intra-utérine du bébé et/ou à des limitations des mouvements de la tête du bébé.

Par exemple, après la naissance, un bébé avec de la difficulté à tourner la tête à droite aura généralement la tête toujours positionnée vers la gauche (assis ou couché). De plus, la mère de l’enfant mentionne souvent que la mise au sein est plus difficile d’un côté (dans cet exemple, mise au sein gauche). Les muscles de son cou se développeront de façon asymétrique et une plagiocéphalie (asymétrie des os crâniens) sera fréquemment observée.

L’évaluation musculosquelettique chiropratique du nouveau-né dès la naissance et au cours de la première année de vie est essentiel. La croissance de 0 à 1 an est très rapide, complexe et a un impact majeur sur la santé future. L’enfant apprend à maintenir sa tête, à s’asseoir, à ramper, à se tenir debout et à marcher, tout cela en un an. C’est l’année la plus complexe de la croissance de l’être humain.

Toute irrégularité dans le développement musculosquelettique détecter en bas âge élimine bien des complications dans la croissance du squelette. Les traitements chiropratiques sont surs, efficaces, sans douleurs et adaptés aux nouveaux-nés.

LA SANTÉ PAR LA CHIROPRATIQUE, C’EST NATUREL!

La grossesse et la chiropratique

Une grossesse plus confortable

Grossesse

La grossesse est une période d’adaptation chez la femme. Sous l’influence hormonale la femme enceinte doit s’adapter à différents changements tels une grande laxité ligamentaire, des modifications posturales/biomécaniques en plus d’une éventuelle prise de poids abdominale. La colonne lombaire et le bassin sont les régions les plus affectées durant la grossesse.

Trop souvent ces changements apportent des inconforts ou de la douleur à la future maman. Due à une plus grande élasticité ligamentaire, la femme enceinte est plus vulnérable aux conséquences de simples gestes du quotidien, de vieilles blessures, de mauvaises postures, de mouvements répétitifs, etc.

Et le confort de bébé…

Le confort de maman est important tout comme celui de l’enfant qu’elle porte. Au fur et à mesure que bébé grandit, l’utérus doit s’adapter à cette croissance rapide du fœtus. GrossesseLorsque le bassin est bien aligné, les ligaments reliant l’utérus au bassin sont en équilibre et l’environnement de développement est optimal pour le bébé. Toutes formes de mauvais alignements du bassin modifient l’équilibre des ligaments utérins donc ont un effet direct sur l’utérus. Ceci restreint l’espace intra utérin pour le fœtus et peut affecter son développement.

Un mauvais alignement de la colonne vertébrale et/ou du bassin durant la grossesse peuvent donner lieu à des inconforts pour maman, un mauvais positionnement du bébé (postérieur, transverse, en siège) et un accouchement plus difficile. De plus, lors d’un accouchement long et difficile, le bébé est plus à risque de subir différents stress pouvant avoir des conséquences neuro- musculo-squelettiques (subluxation cervicale, torticolis congénital).

La grossesse et la chiropratique

Durant la grossesse, la femme enceinte se voit contrainte à éviter, dans la mesure du possible, la prise de médicaments, c’est pourquoi la chiropratique s’avère une alternative de choix pour remédier aux inconforts reliés à la grossesse.

Toujours dans le but de favoriser un environnement sain et naturel pendant la grossesse, la future maman doit également adopter de saines habitudes de vie. L’activité physique modérée, une saine alimentation et une bonne gestion du stress au cours de la grossesse sont de bonnes habitudes qu’elle ne doit pas négliger.

Par son expertise neuro-musculo-squelettique, le docteur en chiropratique est le professionnel de la santé le mieux qualifié pour corriger et prévenir une mauvaise biomécanique de la colonne vertébrale et du bassin lors de la grossesse. Les traitements chiropratiques spécifiques à la grossesse sont essentiels, sans danger et adaptés pour la mère et l’enfant qu’elle porte. Ils ont pour but de créer un environnement sain et naturel durant la grossesse et l’accouchement.

Avec une grossesse plus confortable, les futures mamans peuvent vivre pleinement cet événement unique qu’est la naissance d’un enfant.

La chiropratique constitue une excellente approche complémentaire au suivi du médecin ou de la sage-femme.

L'allaitement et la chiropratique

Une bonne posture

L'allaitement maternel n'est pas pour toutes les mamans une tâche simple. Pour apprécier l'allaitement, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs. Avec de bons conseils, maman et bébé vivront une belle expérience.

Tout d'abord que maman nourrisse son bébé au sein et ou au biberon, elle doit s'assurer d'être dans une bonne position. Elle doit s'installer confortablement dans un fauteuil ou une chaise qui soutient bien le dos et qui est munie d'appui bras. Au besoin, on peut ajouter un coussin au bas du dos pour combler le creux afin de diminuer le stress et la tension à la région lombaire. Pour facilité la circulation des jambes, on peut utiliser un repose pieds.

Le coussin d'allaitement est un bon outil qui permet à maman d'avoir bébé près du corps sans que les bras se fatiguent. Il existe différents types de coussin d'allaitement, il est important de choisir celui qui convient bien à nos besoins.

Il est important d'alterner les positions d'allaitement à chaque boire. Il est normal de se sentir plus à l'aise d'un côté que de l'autre. Cependant, ne pas varier les côtés pourrait engendrer l'apparition de douleurs au cou ou au haut du dos. De plus, en alternant les côtés vous assurez le développement de la motricité et de la vision périphérique de votre bébé.

Les positions d'allaitement

Le changement de positions d'allaitement est conseillé pour éviter les douleurs au dos et un bon développement pour le nourrisson mais également pour bien drainer les canaux lactifères du sein. Un bon drainage permet de diminuer le risque de développer une infection au sein.

Peut importe quelle position la mère adopte, bébé doit être tourné vers le sein avec son oreille, son épaule et sa hanche bien alignées. Le bébé ne doit pas tourner la tête pour prendre le sein. Pour les positions assises, faire attention de ne pas maintenir la tête penchée en avant trop longtemps pour éviter des douleurs au cou. Pour la position couchée, on doit être couché sur le côté et éviter que le bras contre le matelas soit replié sous la tête ou vers le haut afin d'éviter les douleurs à l'épaule et au cou. Le bras devrait être maintenu droit devant l'épaule et former un angle de 90 degrés avec le corps. Il peut seulement être replié au coudre (main reviens vers l'épaule).

L'allaitement et le nourrisson

Plusieurs facteurs peuvent influencer le nourrisson à bien prendre le sein ou non. Si l'enfant n'est pas confortable, bouge beaucoup, de téter ou encore est incapable de prendre le sein on doit d'abord évaluer sa position et celle du bébé. Si les positions sont respectées, il faut ensuite observer si l'enfant a de la difficulté à tourner la tête d'un côté, si la prise du sein est adéquate, si il a une bonne succion. La naissance est un processus très intense pour le bébé, il peut arriver qu'il est des conséquences neuro-musculo-squelettique suite à l'accouchement, un torticolis congénital ou encore un mauvais positionnement durant la grossesse.

La chiropratique peut vous aider. C'est une approche naturelle et sécuritaire. Les besoins des bébés et des enfants en termes de soins chiropratiques diffèrent considérablement de ceux des adultes. Il est évident que les techniques utilisées pour soigner un nouveau-né ne s’apparentent pas aux techniques que l’on pourrait utiliser avec une personne ayant un squelette mature. Par exemple, la pression utilisée par un chiropraticien sur la colonne vertébrale d’un nouveau-né est en général équivalente au poids d’une pièce de monnaie de 10 cents.

Le docteur en chiropratique est un professionnel de la santé de premier contact : vous pouvez donc le consulter sans être recommandé. Le champ d’expertise du chiropraticien touche les systèmes nerveux, musculaire et squelettique. Il possède également la capacité de prescrire des exercices thérapeutiques, fournir des informations nutritionnelles et suggérer des changements d’habitude de vie. Au Québec, le futur chiropraticien doit compléter un doctorat de premier cycle de 5 ans à L’Université du Québec à Trois-Rivières et effectuer 18 mois de clinique sous supervision en milieu universitaire avant d’obtenir le droit de s’inscrire aux examens de l’Ordre des chiropraticiens du Québec. C’est seulement après la réussite du doctorat et des examens de l’ordre professionnel que le docteur en chiropratique peut finalement recevoir des patients de façon autonome.

Une évaluation musculosquettique chiropratique du bébé dès la naissance et au cours de la première année de vie des donc essentielle afin d’éliminer des complications dans la croissance du squelette.

Les traitements chiropratiques sont sûrs, efficaces, sans douleur et adaptés aux enfants ainsi qu’aux femmes enceintes.